La viennoiserie de demain, un sujet confié aux élèves de l’ENSAAMA

Bridor se lance dans une collaboration inédite qui s’annonce riche d’enseignements avec l’ENS AAMA, l’école nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art de Paris, qui forme les designers de demain.

En d’autres termes, l’ENS AAMA accompagne ceux qui indubitablement, rendent notre monde plus beau, plus facile avec l’apport de nouvelles technologies qui, sans cesse évoluent et poussent le champ des possibles.

L’ENS AAMA est une école de renommée résolument tournée vers l’avenir, mais elle garantit aussi à ses élèves un socle de pratiques fondamentales solides. Elle combine à la fois enseignements théoriques tout en étant profondément ancrée dans le monde professionnel. Ses enseignants sont engagés, passionnés et transmettent tout leur savoir avec générosité.

C’est donc bel et bien à l’audace et à la créativité des élèves que fait appel Bridor via cette collaboration et nous lançons aux élèves un défi de taille : réinventer la viennoiserie. Tout comme le monde qui nous entoure, l’univers de l’agroalimentaire est en perpétuelle mutation. Si aujourd’hui, les viennoiseries sont principalement dégustées à table ou au bureau, demain, elles seront consommées debout, en marchant, voire même en courant. Les modes de vie s’accélèrent et nos douceurs sucrées doivent s’adapter à cela : de nouvelles formes pour une prise en main et une consommation facile, voici donc le cœur de notre problématique.

Les formes de nos douceurs sucrées, historiquement existantes partout dans le monde, sont droites, longues ou courbées. Seront-elles adaptées aux générations futures ? Nous devons donc nous pencher sur leurs attentes et envies, imaginer de nouveaux designs, pour maintenir les viennoiseries dans le cœur de nos clients. Seulement, le feuilletage réussi est un élément déterminant dans le choix des consommateurs pour un croissant ou un pain au chocolat. La viennoiserie doit être craquante, dorée, tout en délivrant une mie fondante. Les yeux doivent être comblés avant la dégustation ! La qualité ne devra en aucun cas être mise de côté au profil de la forme.

Relever le défi ne signifie donc pas seulement concevoir, il faudra également que les élèves soient confrontés aux phases de réalisation et les contraintes inhérentes au produit.

Le défi est rythmé par plusieurs temps forts : dans un premier temps, il est question de s’interroger sur les usages, les codes associés à la pâte feuilletée. Une fois les problématiques posées, les élèves établissent un scénario et imaginent la mise en forme, l’aspect esthétique du projet. Couleur, aspect, texture, proportion, matière … autant de variables sujettes à questionnement.

Les élèves sont jugés suivant plusieurs critères dont l’autonomie dans la démarche, l’originalité, la pertinence des choix, la praticité d’usage …

Vous allez prochainement découvrir le fruit de leur travail et cela s’annonce surprenant !

Site Web : http://ensaama.net/site/